Tous les articles

Bernar Venet, un geste minimal et pourtant monumental

hatchikian-gallery-Bernar-Venet-un-geste-minimal-et-pourtant-monumental-art-paper

Bernar Venet vit aujourd’hui au Muy (Var) dans la fondation d’art conceptuel qu’il a créée en 2014, autour d’un moulin du 16e siècle acheté en 1989, épicentre d’un parc de sculptures et d’une galerie d’art. Un retour aux sources provençales pour ce fils d’un instituteur de Château-Arnoux, arrivé à Nice dans les années 60, pour un parcours artistique qui l’amènera quelques années plus tard à s’installer à New York. En 1966, un premier séjour à l’invitation d’Arman est le prélude de plus d’un demi-siècle de vie outre Atlantique. 

New-York et l'avant-garde de l'art minimal

Dans ces années 60, alors que la figuration narrative occupe le devant de la scène, avec l’engouement pour le Pop Art et le nouveau réalisme porté par l’école de Nice, Bernar Venet se singularise par sa quête d’un langage esthétique conceptuel, mathématique et industriel, à travers des tableaux d’une radicalité qui se distingue tout autant de la figuration que de l’abstraction. Ses créations artistiques pourraient être considérées comme la traduction d’un projet linguistique hérité du propos galiléen de la mathesis universalis. Une vérité qui se conçoit comme l’exactitude de la représentation, c’est-à-dire l’ajustement conceptuel au résultat de l’expérience validée numériquement. Cette vérité se saisit par le langage formel de la nomenclature référée à l’objet.

Cette radicalité, Bernar Venet va trouver à l’inscrire au fil de rencontres décisives avec des artistes comme Donald Judd, Sol Lewitt et autres figures qui participent de l’avant-garde d’un art minimal. Dans la frénésie artistique du New York des années 70, il échange aussi avec Andy Warhol ou Roy Liechtenstein et s’interroge sur sa pratique et sa singularité dans une création contemporaine en pleine mutation. Une première sculpture, Les Tubes, préfigure une évolution vers la ligne, l’arc, qu’il déploie autant dans les tableaux que dans l’expérience du matériau sculpté. Une évolution qui se confirmera dans la deuxième moitié des années 70 alors qu’entre-temps, il cesse la pratique artistique pour un temps de réflexion, durant lequel il enseigne la théorie de l’art à la Sorbonne.

Une démarche "objective" pour des sculptures "autoréférentielles"

Son propos artistique s’affirme alors dans une démarche objective, ou le faire est l’essence de la création, laissant à l’écart le signifier. Bernar Venet qualifie ses sculptures d’ « autoréférentielles », c’est-à-dire qu’elles ne parlent que d’elles-mêmes, libérées de toute dimension morale, symbolique ou utilitaire. « Sur le plan de la recherche, il n’y a ni désir ni valeur, ni bien ni mal, ni but », précise l’artiste. L’œuvre trouve son identité intrinsèque sans extériorité. Un art littéral et objectif. 

Pourtant, cette démarche n’implique pas une construction et une conception ex ante. Au contraire, Bernar Venet revendique l’imprévisible des nouvelles formes qui émergent et qu’il cherche à découvrir dans une confrontation aux propriétés résistantes du matériau. « Mes sculptures, c’est l’histoire de leur fabrication et de la résistance du métal. Épreuve de force et combat mené entre la barre d’acier et moi-même. Qui fait quoi à l’autre ? Une lutte entre la volonté de l’artiste et la nature rigide de la barre laminée ». Des sculptures minimalistes et monumentales, qui lui ouvrent un rayonnement international. 

Random Combination of Indeterminate Lines, 1991

Onze barres d’acier dans une combinaison aléatoire sur plaque d’acier
Oeuvre unique
21 x 60 x 60 cm

La Fondation Venet au Muy

Après 54 ans passés à New York et des réalisations dans le monde entier, Bernar Venet revient sur ses terres de Provence. Sa fondation au Muy, de statut américain, est un lieu à l’image de son parcours tissé de rencontres marquantes avec des artistes qui ont accompagné son cheminement. Une manière de rendre une main tendue lors de son arrivée à New York. En 1989, Bernar et Diane Venet rachètent le Moulin des Serres, propriété organisée autour d’un barrage sur la rivière Nartuby. Un domaine chargé d’histoire et d’anecdotes (Jean Marais y a tourné une scène du Bossu) qui a été le lieu d’installation de l’usine fabriquant les systèmes d’aiguillage des chemins de fer Paulvé. Classé site pittoresque, le Moulin va d’abord être la propriété privée du couple Venet avant que son déploiement en Fondation ne s’impose comme évidence. Deux parcs de sculptures monumentales de part et d’autre de la rivière, une galerie d’exposition, une “usine” hangar lieu d’expérimentation où l’artiste conçoit ses sculptures aux dimensions toujours plus imposantes, composent un sublime parcours d’art et architecture. A la fois lieu de villégiature, lieu de travail et par la suite lieu d’exposition, le domaine a été transformé avec la complicité de Didier Guichard, architecte du musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne, dans une esthétique minimaliste.

Le parc de sculptures monumentales

Le parc du domaine est ponctué d’œuvres conceptuelles, telles que la chapelle de Franck Stella installée en 2016, composée de six reliefs monumentaux abstraits en cercle de 15 m de diamètre, une piscine imaginée par François Morellet, des installations de Donald Judd, Sol Lewitt, Dan Flavin, Robert Motherwell, Richard long, Robert Morris, Kenneth Noland, Anish Kapoor ou plus récemment Laurence Wiener. 

La fondation peut être visitée certains jours sur réservation durant la saison estivale (visite guidée uniquement). Une découverte à ne pas manquer lors d’un séjour dans la région. La Fondation est de ces lieux dédiés à l’art dans des sites privilégiés nous rappellent que l’artifice, le construit, l’esthétique et l’architectural sont le décor propre de l’Homme civilisé. 

James Turrell à la Fondation Venet

On pourra vivre, durant la visite à la Fondation Venet, l’expérience immersive dans l’œuvre de James Turrell. Elliptic, Ecliptic est une des installations de la série des Skyspaces de James Turrell. On en dénombre plusieurs dizaines à travers le monde. À l’intérieur de ce bâtiment ovoïde qui a trouvé place dans le parc de sculptures de la Venet Foundation, le spectateur est invité à s’asseoir afin d’observer le ciel à travers un espace resserré. La source inspirante de ces skyscpaces est le volcan Roden Crater. Après avoir reçu un prix Guggenheim James Turell a survolé pendant sept mois les états de l’Ouest des Etats-Unis et le ciel est devenu son atelier. Au dessus du Painted Desert en Arizona, il découvre le Roden Crater : un volcan éteint depuis 400 000 ans connu également pour être l’ancienne réserve Hopi. Situé à 1600 mètres d’altitude, sa hauteur de 200 mètres de haut offre un spectacle grandiose. Après des années de travail, de relevés topographiques, de vues aériennes et de dessins préparatoires, l’artiste acquiert cet espace et depuis plus de 45 ans développe son projet de monument du land art. Le Roden Crater devrait enfin pouvoir ouvrir en 2023 pour accueillir le public ainsi que 21 espaces de visualisation et six tunnels qui restitueront la lumière et l’image des astres au fil des heures de la journée. Une expérience sensorielle et immersive unique dédiée à la contemplation de la lumière.

Les sculptures monumentales à Nice

De passage à Nice, une ville où son talent a pu émerger et à laquelle il souhaitait faire honneur, Bernar Venet fait donation d’une sculpture monumentale érigée en 2010 pour célébrer le 150ème anniversaire du rattachement du comté niçois à la France. Les « 9 lignes obliques », comme une obélisque sur la Promenade des Anglais, constituent l’œuvre publique la plus haute et la plus lourde en France. Sur la Promenade du Paillon et son Jardin Albert 1er récemment réaménagé en coulée verte, on peut admirer une autre œuvre monumentale et emblématique : L’Arc de 115,5 degrés. Cette courbe de 115,5 degrés correspond exactement à la courbure de la Baie des Anges.

Effondrement, une sculpture évolutive

En 2011, l’artiste, invité à Versailles, installe son œuvre intitulée « Effondrement ». Une des 7 œuvres monumentales présentées pour l’occasion. Une dialectique de l’ordre et du désordre inspirée des théories du chaos. 160 tonnes de poutres d’acier Corten jetées au sol. Arcs et lignes indéterminées redessinent, le temps de cette exposition, le paysage des jardins royaux. Au Muy, Effondrement devient une œuvre évolutive ; l’entassement de poutres de 150 tonnes en 2014 s’accroît jusqu’à compter 200 tonnes d’acier en 2016.

L'Arc Majeur, la démesure en projet

En 2019, après 35 ans d’attente et plusieurs tentatives infructueuses en France, Bernar Venet installe son Arc Majeur sur une autoroute belge près de Lavaux Sainte-Anne. 60 m de haut, 75 m de diamètre, 250 tonnes, 12 000 heures de soudure et d’assemblage. L’œuvre se découvre alors que l’on est en mouvement durant un trajet, ce qui offre une cinétique de perspectives tout à fait singulière et inattendue. Une manière inédite d’aborder la sculpture.

Un artiste qui pousse toujours plus loin les limites du monumental

Un des projets de Bernar Venet est la conception d’une sculpture en ligne droite de 80 mètres de haut symbolisant un bâton de chef d’orchestre, manière pour l’artiste de rendre hommage à Herbert von Karajan à l’occasion du centenaire du festival de musique populaire et de théâtre de Salzbourg. Et parmi les rêves les plus fous de l’artiste figure la réalisation de Grandes diagonales, qui comprendrait plusieurs sculptures en ligne droite traversant la planète et reliant virtuellement les principales capitales des cinq continents. A l’heure où la pandémie nous condamne au repli sur soi, cette sculpture déployée à l’échelle du monde pourrait bien donner le signal d’un lien à reconstruire.

L'hypothèse de la gravité, exposition au Louvre Lens

En attendant, après une rétrospective majeure au MAC Lyon en 2018-2019, c’est le Louvre Lens qui accueillera et mettra Bernar Venet à l’honneur à partir de cet été, du 14 juin 2021 au 31 janvier 2022. Intitulée Bernar Venet, L’hypothèse de la gravité, l’exposition va mettre en lumière des œuvres monumentales qui explorent les phénomènes liés aux lois physiques confrontés à la matière. Deux œuvres ont été présentées dans le cadre de l’exposition Soleils Noirs l’an dernier, qui offre en quelque sorte un préambule à cette recherche de la gravité dans le geste artistique : Macadam et Tas de charbon, deux installations dans lesquelles l’artiste interroge la matière de la couleur noire. Macadam est une surface monochrome obtenue par le déversement de goudron chaud sur le support, l’écoulement jouant d’une loi de la gravité avec la matière industrielle qui remplace la peinture. Dans Tas de charbon, la gravité définit la chute et le mouvement du charbon, une œuvre qui trouve un écho particulier dans l’ancien bassin minier du Nord. De belles perspectives à venir, donc, s’agissant du déploiement de l’œuvre de cet artiste incontournable. Les installations extérieures sont nombreuses et à découvrir lors d’escapades, une visite estivale à la Fondation Venet au Muy est à inscrire à l’agenda des escapades dans le sud de la France, et l’exposition du Louvre Lens est un incontournable de cet automne.

Hatchikian Gallery présente 5 œuvres de Bernar Venet

Si les sculptures monumentales spectaculaires sont emblématiques de la recherche esthétique de Bernar Venet, l’artiste réalise régulièrement des plus petits formats, qu’il s’agisse de toiles ou de sculptures. Hatchikian Gallery présente 5 œuvres disponibles dans ses collections : trois œuvres de la série Combinaison aléatoires de lignes indéterminées, réalisées en 1992, 1993 et 1995 en techniques mixtes de bâton d’huile, graphite et collage sur toile, ainsi que deux sculptures : Random combination of indeterminate lines, œuvre unique en acier de 1991, et Sans Titre, sculpture en bronze de 1993. Nous sommes à votre disposition pour vous faire découvrir ces œuvres et vous apporter toute information les concernant.

Combinaison Aléatoire de Lignes Indéterminées, 1993

Pastel gras, graphite et collage sur papier marouflé sur toile
Oeuvre signée et datée
H150,5 x L198,5 cm

Conseils / Services

Nous vous accompagnons dans toutes les étapes de votre acquisition : choix de l’œuvre, financement, encadrement.

LIVRAISON

Nous vous livrons dans le monde entier aux meilleurs tarifs grâce à notre réseau de transports spécialisés.

protection / AUTHENTICITÉ

Nous vous garantissons une sécurité optimale dans vos règlements par carte bancaire, virement bancaire et chèque. Toutes nos œuvres originales s’accompagnent d’un certificat d’authenticité de l’artiste.
   
Prendre RDV
Open chat
Besoin d'aide ?
Bonjour, comment pouvons-nous vous aider ?